Société toulousaine de philosophie - Actualités

Retour à la page d'accueil

Vendredi 19 octobre 2018

18 h 00 – Séance de communication - Maison des Associations, 81,rue saint-Roch ou 3, place Guy Hersant (même lieu), Toulouse, salle 19.

Communication de Monsieur Guillaume BIREN, professeur agrégé de philosophie, doctorant.

Qu'est-ce qu'une société historique ?
Retour sur les sociétés « chaudes » et « froides »

On sait comment dans Race et Histoire Claude Lévi-Strauss critique l'idée de progrès et toute variante d'évolutionnisme qui inscrirait les différentes formes de l'humanité sur une seule échelle de valeur, permettant de ce fait à une société particulière de s'arroger une supériorité arrogante sur les autres. Il semble donc qu'un certain relativisme culturel vient évacuer les prétentions d'une philosophie de l'Histoire téléologique et occidentalo-centrée. Il n'y a pas d'une part de peuples-enfants à éduquer, et d'autre part de peuples-adultes éducateurs ; toutes les sociétés sont plongées dans l'histoire au même niveau.

Cependant cela ne signifie pas que toute société ait le même rapport à l'histoire et au temps. Lévi-Strauss distinguera dans l'article la notion de structure entre les sociétés pour lesquelles conviennent soit des modèles « mécaniques » soit des modèles « statistiques », celles caractérisées par un temps réversible et un refus de l'histoire et de l'événement, et celles au contraire caractérisées par un temps irréversible, ouvertes à l'histoire et à l'événement. Cette même distinction sera reprise ensuite sous les termes de « sociétés froides » et « sociétés chaudes ». Cela ne revient-il pas à dire qu'il y a des sociétés plus historiques que les autres ? Mais que peut signifier alors cette « ouverture » à l'histoire dans les sociétés chaudes, et cette « fermeture » dans les sociétés froides si l'on ne doit pas reconduire les hiérarchies naïves qui ont été rejetées ? Et réciproquement à quoi se « ferme » les sociétés froides pour entrer plus avant dans l'histoire ?

Nous examinerons la manière dont Lévi-Strauss tente de penser l'historicité des sociétés ainsi que les ambiguïtés et limites de sa conceptualisation.